Éduquer mon chien

éduquer mon chien

Apprendre à mon chien à être un chien

Aimer nos chiens, ce n’est pas les «éduquer», c’est surtout les laisser être des chiens.
Si nous leur permettons de vivre comme des chiens et d’avoir le contrôle de leur propre vie, autant que possible, ils prospéreront.
Ils devraient aimer être avec leurs humains, s’engager dans des activités et interagir de toutes les manières possibles.
C’est une chose évidente pour tous les êtres sociaux, car tout type d’interaction, c’est ce qui les définit.

Il y a des chiens qui aiment être entraînés et qui travaillent pour tout ce que vous avez à offrir et d’autres, qui sont moins enclins aux efforts physiques ou aux défis mentaux.
Rien et personne ne dicte une éducation obligatoire, ce n’est pas une chose à la mode ni imposé.
Si nous voulons le faire, nous devons choisir une éducation personnalisée – selon l’individualité de notre chien et seulement si nous nous engageons à y consacrer notre temps.
En commençant par définir nos propres attentes en fonction des capacités du chien.
Parce que la race, l’âge et l’intelligence peuvent tous affecter la capacité d’entraînement d’un chien.
Les éducateurs d’agilité compétitive et d’obéissance, choisissent les Border Collies pour une raison.
Cette race possède de puissants gènes de travail, est très intelligente et naturellement entraînable.
Un Shih Tzu d’autre part, bien que doué intelligent, a été élevé comme chien de compagnie et n’a pas le désir d’apprendre comme le Border colley.
Faites une recherche avant de choisir votre futur chien, assurez-vous qu’il pourrait s’adapter à votre style de vie, si vous voulez qu’il soit heureux.

L'éducation consiste à connaître la théorie de l'apprentissage, à comprendre le comportement canin et à la persévérance.

Si nous n’avons pas ces 3 qualités, nous ne devons ni nous impliquer dans l’éducation, ni punir notre chien pour sa réticence à suivre.
Le problème ne sera jamais le chien, c’est toujours nous et nos méthodes d’entrainement!
Si pendant l’éducation, les choses tournent mal, nous envisagerons toujours de changer nos manières – avant de changer celles du chien.

En créant des chiens-soldats ou des “serviteurs” obéissants juste pour le plaisir, cela peut être un boost d’ego ou amusant pour nous, mais ne profite pas vraiment au chien.
Mais tant que ce mode de vie est sans pression ni forcé, il peut être acceptable.
L’éducation est utile pour communiquer avec votre animal de compagnie et répondre à ses besoins, il faut donc que ce soit dans les deux sens, vous apprenez sa langue pendant que vous lui apprenez la vôtre.
Instruire nos chiens de nouvelles choses les aide mentalement, renforce la confiance en soi et fournit des solutions, lorsqu’on traite des problèmes de comportement.

L’éducation structurelle, comme apprendre “le protocol” de la maison et d’autres choses fondamentales, vous devriez les enseigner si vous décidez que c’est nécessaire et non pas parce que tout le monde le fait.
Votre vie avec votre chien n’a pas à être structurée ou restreinte par les règles des autres.
Si votre chien aime être inerte sur vos pieds, juste pour partager votre présence, c’est ce que vous lui offrirez et s’il aime courir avec vous, jouer, renifler, faire de l’agilité, résoudre des puzzles, jouer tir à la corde, chercher-apporter, etc. vous prouvez votre amour en interagissant avec lui.
Si cela ne vous dérange pas d’avoir un chien qui saute sur le canapé, dans votre lit, mange avec vous, dort sous la table, vous lèche le visage, mastique vos affaires, etc. tout simplement laissez-le être tel qu’il est.
La seule chose que vous devez prendre en considération, c’est vos limites – s’il y en a – et lorsque vous mettez des limites à un comportement, vous devez être persistant.
Vous ne pouvez pas lui permettre d’aboyer, de mâcher, de sauter, de dormir dans votre lit, etc. juste pour aujourd’hui et demain changer d’avis et de réprimander ces comportements.
Ce serait injuste et contre-productif pour construire une confiance mutuelle et aura finalement un impact néfaste sur sa confiance en soi.

Connais-je bien mon chien?

 
  • 1. La Zone de Confort

    Également connu comme "l'espace de sécurité", la zone dans laquelle votre chien se sent en sécurité. Sa portée varie en fonction de l'état mental du chien.

  • 2. Les Stresseurs

    Les stresseurs ou déclencheurs sont toutes les choses que le chien considère comme des menaces. Par conséquent, l'adrénaline sera sécrétée et il sera en mode de survie.

  • 3. La Distance de Vol/Fuite

    Est considéré comme la distance entre un facteur de stress et le chien, avant qu'il n'essaie d'éviter ou de s'enfuir. Les chiens sur-réactifs, stressants et craintifs ont tendance à avoir une longue distance de vol.

  • 4. La Distance Critique

    Est considéré comme le point où sa distance de vol est franchie, il sera en suite au dessus de son seuil, donc il pourrait attaquer.

La cognition canine est importante et la compréhension du langage du chien est primordiale, pour toutes les personnes vivant avec un chien.
En observant votre animal et en utilisant vos connaissances, vous pourrez comprendre la raison d’un comportement.
Nous devons tous trouver du temps pour nous éduquer, avant d’éduquer notre animal.
Pour en savoir plus sur les découvertes les plus récentes concernant la cognition canine, sur la physiologie et le langage corporel du stress, sur la façon dont l’entraînement avec de la force physique ou l’intimidation évoque l’agression et surtout de comprendre et mettre en œuvre la théorie de l’apprentissage.
Parce que nous devons prendre conscience de la responsabilité qui va avec vivre avec cette merveilleuse créature.

Sally Gutteridge dit: “Être vraiment conscient mène à une éducation naturellement gentille.”
Selon elle, il n’y a que 3 règles à garder à l’esprit lorsqu’on entraîne notre chien: soyez gentil, soyez conscient et soyez heureux!

“Célébrez votre chien, soyez gentil avec lui, augmentez votre compréhension et vous ne pouvez tout simplement pas faire erreur!”

lire plus sur la façon d’enseigner la résilience à votre chien.

apprendre sa langue pendant que nous lui apprenons la nôtre

Les chiens apprennent tout le temps

 

Les chiens apprennent avant et immédiatement après leur naissance.
Il n’y a pas de temps spécial pour les éduquer, ils nous observent tout comme leur environnement et ils rassemblent beaucoup d’informations.
Ils apprennent en fait tout le temps, des comportements souhaitables ou indésirables et c’est à nous de décider lesquels devons-nous autoriser et ceux à éliminer.
Dans votre routine quotidienne, vous faites ou non des choses qui peuvent affecter ce que vous avez appris à votre chien le jour d’avant.
Un exemple, le chien a appris à s’asseoir, mais supposons qu’à une occasion il reste debout et vous l’ignorez.
Eh bien, le chien a réappris que même s’il ne fait pas ce qu’on lui dit, il n’y a pas de conséquences, ni de motivation pour faire ce qu’on lui dit…
La prochaine fois que vous lui demanderez de s’asseoir, il hésitera, car il n’est pas suffisamment motivé et moins sûr de la façon pour gagner votre attention et donc sa recompense.
Des détails subtils de nos manières, petites erreurs humaines, il est ouvert à tout, il observe pour des conséquences agréables, afin de répéter ou non, un comportement.
Selon nos réactions, il apprend.
En d’autres termes, ce que vous ignorez finira par disparaître, ce que vous renforcerez deviendra un comportement ou une habitude.
Par conséquent, il apprend de vous même si vous ne parlez pas du tout, il ne fera que lire votre langage corporel, comme il l’aurait fait avec ses conspécifiques et il s’adaptera.

Le rythme d'apprentissage

 

Les humains manquent de patience, mais ils sont pleins d’exigences.
Nous attendons d’eux qu’ils se comportent et nous offrent toutes sortes de comportements dès que possible, avec un minimum d’efforts de notre part, ce qui est irréaliste et injuste.
Soit nous acceptons la responsabilité qui vient avec d’être leur “parent”, guardian, soit nous devons cesser d’en demander trop – très tôt.
Chaque chien, peu importe la race, le sexe ou l’âge, a son propre rythme d’apprentissage.
Certains apprennent vite et certains sont lents, mais ils finissent tous par apprendre.
Ma femelle Samoyède est une apprenante “frustrée”, elle est tellement excitée lors de nos séances, qu’elle offrira un mix de “cues” (entre les 60 signaux qu’elle connaît déjà) avant le correct.
Elle apprend aussi vite qu’elle frustre, donc je devrais contrôler ses impulsions à chaque fois que j’introduis un nouveau signal.
Mon petit Spitz, en revanche, est un apprenant “méthodique”, il prend son temps, il observe avant d’initier quoi que ce soit, ou il imitera notre femelle, une fois qu’il se sent prêt.
Comme il est déjà introverti et méfiant, faire des erreurs pendant l’apprenantissage, peut être démoralisant.
Par conséquent, son rythme est plus lent, mais avec un taux de réponses reussites elevé et c’est la raison pour laquelle nous devons être patients et leur donner le temps nécessaire.
Toutes les créatures, y compris les humains, apprennent par «essais et erreurs».
Les erreurs font partie du processus d’apprentissage et sans elles, il n’y a pas de progrès.
Par conséquent, nos chiens commettront inévitablement des erreurs, pour lesquelles nous ne devrions jamais les punir ou réprimander, au contraire, nous les encouragerons à continuer.
En montrant ce que nous voulons qu’ils fassent, nous continuons avec le même enthousiasme.
Gardez à l’esprit de toujours terminer votre séances d’apprentissage sur une bonne note, ainsi votre chien peut faire une association agréable.

Il n’y a pas de règle telle que «entraîner quotidiennement», votre chien ne passe pas d’examen de compétence et soyez assuré qu’il n’oubliera pas ce que vous lui avez appris il y a deux jours.
Si pour une raison quelconque, vous n’êtes pas d’humeur, vous êtes fatigué, stressé ou pas suffisamment motivé, ne vous engagez pas de le faire.
Votre mauvaise humeur, votre manque d’enthousiasme ou d’énergie auront également un impact sur la motivation du chien et le résultat de la séance sera probablement négatif.

Instruire un animal peut être long, mais aussi amusant pour les deux participants, et quand c’est fait correctement, avec gentillesse et respect, c’est pour toute une vie.

Il n'y a pas de "mauvais" chiens

 

Lorsque vous vivez ou travaillez avec des chiens, il est essentiel de se rappeler qu’ils ne sont ni des loups ni des humains, ou un mélange des deux. Le chien domestique est une espèce à part entière!
Les chiens ne peuvent pas interpréter ou distinguer les notions éthiques humaines, comme par exemple le bien du mal.
Ils ne font que ce qu’ils considèrent comme gratifiant.
Ainsi, pour eux il n’y a pas de “mauvais” comportement, ce qu’ils font est une chose naturelle, de chien, à faire.
Un chien est toujours juste un chien, tandis qu’il tire sur la laisse, il défèque or urine dans la maison, pleurniche, aboie, mastique, mord, creuse, saute sur les meubles ou sur les gens, etc.
C’est là que l’ “éducation structurelle» devient importante à enseigner, afin d’établir les limites et d’accomplir une coexistence symbiotique.

Les chiens font des choix en fonction des conséquences – si les conséquences sont bénéfiques, ils referont ce choix.
Si un comportement est ignoré ou non récompensé, il s’éteindra.
Notre tendance innée à anthropomorphiser le comportement des chiens, obstruira une éducation productive.
Leur projeter nos émotions et nos intentions, comme moyen de comprendre et d’expliquer le comportement canin, est absolument erroné.
Ils ne réagissent pas par dépit, ne se vengent pas, ne sont pas jaloux, ne se sentent pas coupables d’un soi-disant “mauvais” comportement, ne sont pas délibérément “désobéissants”, etc.
A cause de cette idée fausse, nous essayons de les éduquer comme nous l’aurions fait avec les êtres humains.

En anthropomorphisant, nous donnons au chien le mérite d’être émotionnellement capable et conscient de ses actions!

En fait, cela ressemble plus à une excuse pour nous, afin de justifier notre colère, notre déception ou la nécessité de punir ce qui ne va pas.
Encore une fois, notre approche est centrée sur l’homme et non sur l’animal.
L’anthropomorphisme est très dommageable et contre-productif, lorsqu’il s’agit de comprendre et de traiter les problèmes de comportement.

Être énervé, gronder le chien, le réprimander, le punir, l’isoler, le priver de choses ou des endroits préférés, quand vous jugez qu’il s’est “mal comporté”, est une très mauvaise approche et cela ne lui apprendra pas à faire mieux la prochaine fois.
Votre colère lui apprendra à vous éviter – mais pas à ne pas répéter l’acte qui a provoqué votre colère.
Il répétera la même “erreur” quand vous ne serez pas là pour vous énerver … et un cercle vicieux vient de commencer.

Enseignez à votre chien ce qu’il doit faire, établissez des limites, soyez clair et persistant avec vos attentes et règles, c’est à cela que sert l’éducation.
Et j’insiste, il faut nous éduquer – avant nos chiens, car c’est la pierre angulaire d’une coexistence réussie et heureuse.
Penser comme ils le font, agir de manière moins comme nous faisons, reconnaître leur nature et répondre à leurs besoins, est d’une importance capitale.
En mettant tout cela en pratique, nous favoriserons leur santé mentale et notre relation homme-chien.

“Comprendre le chien en tant que chien et offrir les conseils nécessaires, permettra à la relation entre chien et propriétaire de se développer au maximum”.
Dr Ian Dunbar

Avec ou sans entraînement, soyez gentil, empathique, patient et surtout, aimez-les pour ce qui ils sont!

Canine-Principles-CRB-Certified-Badge

Canine Principles

Certifié - Comportement Canin Réactif

UK-Rural-Skills-Certified

Compétences Rurales Britanniques

Accrédité - Comportement Canin Réactif